Informations pratiques

Espace abonné

Vous êtes ici

Accueil » Blogs » Blog de Marie-Françoise - section Multimedia

Quand le documentaire prend la route...

 

 

Depuis Easy Rider, le road movie est un genre bien identifié du cinéma de fiction. Mais le cinéma documentaire, cinéma de la rencontre par excellence, s'est aussi fait arpenteur de routes, rails et chemins pour nous livrer ses portraits de sociétés.

 

A tout seigneur, tout honneur, démarrons notre voyage par le magnifique Route One USA de Robert Kramer. Cette « odyssée » en compagnie du double fictionnel du réalisateur (le « Doc »), du Nord au Sud le long de la côte Est, est un fantastique voyage dans l’histoire et l’âme américaines.

 

Un film indémodable et profond qui vous happera dès les premières minutes pour ne vous lâcher que quatre heures plus tard, heureux d’avoir vécu un très beau moment de cinéma.

 

 

 

Plus de deux décennies plus tard, la cinéaste autrichienne Ruth Beckermann prend de nouveau le pouls du pays avec American passages. Cette Amérique du début des années 2010 panse ses plaies (la crise financière est passée par là) et vient tout juste d’élire son premier président noir.

 

Mais a-t-elle réglé tous ses problèmes pour autant ? Au contraire du film précédent, ce n'est pas un road movie linéaire mais plutôt un kaléidoscope de lieux et personnages, reflétant la diversité et les contradictions de cet immense pays.

Le montage fait se télescoper des vécus parfois cruellement opposés, s'esquisser des histoires fortes et singulières dessinant la fresque d'une nation.

 

 

 

Du côté de chez nous, Raymond Depardon parcourt départementales et nationales non pas à bord d'une belle américaine ou d'une Harley rutilante mais d'une... vieille caravane ! Il s'installe dans villes et villages, à la rencontre des Habitants, de tous âges et tous milieux sociaux.

 

Le dispositif (deux personnes échangeant de chaque côté d'une table, filmées en plan fixe) déjà pratiqué dans Délits Flagrant est aussi simple que magique pour favoriser l'écoute, l'attention et l'imagination du spectateur autour de tranches de vie prises au hasard.

 

 

La France de Raymond Depardon

Petit état des lieux des préoccupations des français : on parle politique, avenir, travail ou argent mais aussi beaucoup d'amour. Les souffrances se dévoilent parfois (surtout du côté des femmes semble-t-il...). Mais le réalisateur ne peut s'empêcher de nous laisser sur une note optimiste...

 

Vous aimez les road movies et le travail de Raymond Depardon ?, suivez son Journal de France. De 2004 à 2010 il arpente nos différentes régions avec, cette-fois ci, un camping-car mais surtout une chambre photographique sur pied pour constituer un étonnant « imagier » de lieux à priori très banals mais qu’il va sublimer par son regard (magasins, maisons au bord des routes…).

 

Les photos seront publiées sous le titre La France de Raymond Depardon.

 

Ce voyage géographique sert de prétexte à Claudine Nougaret pour entamer avec nous un voyage temporel dans la longue et belle carrière de son compagnon. Idéal pour découvrir le bonhomme et se donner envie d'emprunter à la Médiathèque quelques unes de ses œuvres phares !

 

 

Autre cinéaste amoureux de rencontres, Denis Gheerbrant prend la route au début des années 90. Dans Et la vie, le trajet est très peu mis en scène tant importent surtout les hommes et femmes croisés aux différentes étapes.

 

Des terrils du Nord aux immeubles marseillais et de Toulouse à Genève, la conversation s'engage naturellement devant la caméra, au gré du hasard. Jeunes et anciens se livrent, leur parole est reine. Ils révèlent une France en pleine désindustrialisation, une culture ouvrière qui disparaît.

 

Mais comme son titre l'indique, le film raconte leurs choix, leurs rêves, leurs résistances : la force de la vie.

 

 

Le voyage à la mer

 

 

Une dizaine d'années plus tard dans Le Voyage à la mer, Gheerbrant ausculte de façon plus légère et malicieuse le monde des campings de bord de mer, d'Argelès à la Camargue.

Comme toujours, l’échange bienveillant est au coeur de ce fort plaisant road-trip.

 

 

Sur un autre continent, dix années ont passé depuis le génocide des Tutsi. Le cinéaste part en terre rwandaise pour comprendre comment le pays peut “revenir à la vie” suite à un tel traumatisme.

 

Après (un voyage dans le Rwanda) est un film plein de délicatesse et d'une grande beauté.

 

Sa voix off chronique l'évolution de ses réflexions et sentiments : elle rend ce voyage de mémoire à la fois très personnel et très universel.

 

 

 

D'Est

 

 

Autre événement marquant de la toute fin du 20ème siècle : la chute du Mur de Berlin. Chantal Akerman, en ce tout début des années 90 marquées par la fin du bloc soviétique, part recueillir des images de l'Allemagne de l'Est jusqu'à Moscou « …pendant qu’il en est encore temps ».

 

Pour le spectateur, le voyage est un brin exigeant : le film D'Est est contemplatif, quasi expérimental. Plan fixes et longs travellings se succèdent pendant près de deux heures sans dialogues ni commentaires, laissant la pensée du spectateur se déployer à l'envi.

 

Mais pour peu que vous vous preniez au jeu, ces images “habitées”, captées au gré du chemin, porteront en vous le témoignage sensible d'un moment unique de transition sociale, d’un moment comme suspendu…

 

 

Autres terres, autres temps, autres problématiques : nous sommes au début du 21ème siècle, en Europe de l'ouest.

 

Retour quand même au Mur de Berlin : ce n’est plus qu’une simple trace sur le sol, une attraction touristique. Ce sera le point de départ du périple de Patric Jean, D'un mur, l'autre, de Berlin à Ceuta. Dans chacun des pays traversés, il nous livre le portrait d’un exilé, récent ou de longue date.

 

Le réalisateur engagé donne à leurs récits un bel écrin, beaucoup de grâce et de puissance mais aussi une réelle dimension politique.

 

Le film commence avec un sourire au pied d’un mur en ruine, il se finira par des larmes quelques milliers de kilomètres plus loin, au pied d’un nouveau mur, dans une petite enclave espagnole en terre marocaine...

 

 

 

Pour finir sur des chemins plus intimes, accompagnons la marche initiatique de Laurent Hasse à la recherche du Bonheur... terre promise. Après un accident de la route qui manque de lui coûter la vie, il décide de prendre son sac à dos et sa caméra pour traverser la France en plein hiver et à pied, de la frontière espagnole à la mer du Nord.

 

Pour se sentir vivant, aller à la rencontre des autres. Il filme toute la beauté de la nature mais aussi toutes sortes de gens qu’il croise et auxquels il pose toujours la même question : “C'est quoi pour vous le bonheur ?

 

 

Personne n'a la réponse ultime et la solitude est le point commun de beaucoup de personnages, mais cette quête existentielle et sensible se pare d'une grande poésie pour vous laisser une douce mélancolie dans le coeur...

 

 

Voyages intérieurs et/ou voyages de mémoire, ces autres films sauront également vous toucher :

                

 

Image de couverture : Pack for travel by Ladyheart (Morguefile)