Informations pratiques

Espace abonné

Vous êtes ici

Accueil » Blogs » Blog de Romain - section Animations

Abdellatif Kechiche

 

Abdellatif KechicheAprès en avoir beaucoup entendu parlé, je me décide à découvrir qui est l'homme qui fait couler tant d'encre. Je me mets donc à lire une multitude d'articles de presse le concernant et enfin à visionner quelques-uns de ses succès au box office. Je vous livre ici ma petite enquête et mon ressenti sur ce grand artiste.

 

Ainsi après 32 ans de carrière, Abdellatif Kechiche est un célèbre réalisateur et scénariste, plusieurs fois récompensé. Il est né à Tunis le 7 décembre 1960. Sa famille arrive à Nice dans le sud de la France lorsqu'il a six ans.

Il est tout de suite passionné par le théâtre et devient naturellement comédien, puis dans la foulée, acteur.

 

Il joue dans les films : Thé à la menthe, Les innocentsBeznessUn vampire au paradisMarteau rouge, Le secret de Polichinelle, La boite magique et Sorry, Haters. Puis il décide de passer derrière la caméra avec La faute à Voltaire et  L'esquive. Chacun de ses films remporte plusieurs prix.

 

Mais attardons nous sur ses plus grands succès qui firent décoller sa carrière et le hissèrent sur les plus hautes marches.

 

La Graine et le mulet

La graine et le mulet, l'affirmation du succès.

 

En 2006, il met en scène ce film qui dépeint le parcours d'un homme d'une soixantaine d'années, d'origine maghrébine, qui tente d'ouvrir un restaurant dans la ville de Sète. Tout ne se passe pas comme prévu et il doit lutter pour arriver à ses fins.

Malgré les difficultés qu'il rencontre, qu'elles soient sociales, matérielles, financières ou familiales, il persiste et arrive à transformer sa vie d'ouvrier de chantier naval en restaurateur.

 

Hafsia Herzi Toute sa famille, qui s'est décomposée au fur et à mesure du temps, voit ce projet comme un moyen de renouer contact et d’apaiser les conflits trop nombreux. Va-t-il arriver au bout de son ambition sans y laisser de plumes ? Rien n'est moins sûr !

 

Ses films sont toujours basés sur des thématiques sociales fortes, d'hier ou d'aujourd'hui. Avec une esthétique dépouillée, il croque des scènes de vie puissantes. Kechiche représente toujours des gens du peuple qui luttent pour survivre physiquement ou psychologiquement. Beaucoup de ses acteurs sont issus de l'anonymat ou très peu connus.

 

Ainsi ce film servit de tremplin à l'une des comédiennes principales : Hafsia Herzi (photo ci-contre). Il inclut, ici aussi, beaucoup de suspense et de surprise, avec une histoire de graine oubliée… Mais n'en disons pas plus car cela dévoilerait trop l'intrigue du film.

 

Récompensé aux Césars et à la Mostra de Venise entre autres, il démarre fort sa carrière de réalisateur.

 

 

Vénus noireVénus noire, film fort mais qui eut du mal à trouver son public.

 

Trois ans plus tard, il choisit encore un thème fort. En effet, ce film relate la terrible et véridique histoire de Saartjie Baartman, qui fut connue sous le nom de la « Vénus hottentote », et qui était exhibée au public londonien lors de foires aux monstres. En effet, en plus d'être noire, elle possédait une hypertrophie des hanches, des fesses et des organes génitaux protubérants, beaucoup plus spectaculaires que les autres femmes.

 

D'abord employée et considérée comme « actrice », jouant la sauvage et effrayant les populaces du XIXème siècle en Europe, elle rencontra de mauvaises personnes qui la précipitèrent vers la déchéance, la dégradation de son corps et de son âme. Ce film est dérangeant car cette pauvre femme est exploitée et subit de très mauvais traitements.

 

Vénus noire est le premier film d'époque que Kechiche réalise. Inspiré de faits réels, cette histoire le touche très profondément, car Saartjie Baartman incarne malgré elle une idée d’infériorité des races, idée très répandue au XIXème siècle en Europe. Lorsque l'on se penche sur la vie de cette femme, on s’aperçoit qu'elle est considérée comme une attraction malsaine, en raison de sa couleur de peau et de ses caractéristiques physiques hors du commun.

 

En effet, son cerveau, son anus et ses organes génitaux furent conservés dans des bocaux remplis de formol et son corps moulé, afin de servir de pièce de musée. Cet être humain fut considéré comme une chose atypique qu'on expose. Avec des décors minimalistes comme toujours, le réalisateur met à nouveau en avant des comédiens peu connus, qui interprètent des rôles forts et d'une incroyable intensité.

 

Contrairement à ses films précédents, la critique fut sévère et le film ne fut pas reconnu comme il aurait dû l'être. Kechiche exprime ici toute la déshumanisation de l'être humain. A quel point l'homme peut réduire un autre homme à l'état d'objet, enfermé comme dans un cabinet de curiosité.

 

 

La vie d'AdèleLa vie d'Adèle : avec elle, il atteint le firmament.

 

Quelques années plus tard, en 2013, avec son film : La vie d'Adèle, Abdellatif Kechiche atteint le sommet de son art. En effet, il raconte ici l'histoire de deux jeunes femmes qui tombent passionnément amoureuses. L'une encore lycéenne, Adèle, interprétée par Adèle Exarchopoulos, rencontre une jeune artiste, Emma, interprétée par Léa Seydoux, et c'est le coup de foudre. Peut-être à cause des cheveux teints en bleu d'Emma ?

Adèle s'affirme dans son homosexualité, grâce à Emma qui elle assume tout, totalement. On voit bien que la jeune Adèle est obsédée par celle qui sera sa future compagne. Enfin, on s’aperçoit de l'écart important des mondes dans lesquels évoluent nos deux protagonistes.

 

Adapté librement de la bande dessinée Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, le réalisateur nous propose dans son film des scènes de sexe assez explicites et très intenses. Grâce à la passion qui se dégage et l’interprétation exceptionnelle des deux comédiennes, la critique nationale et internationale s’exalte et récompense abondamment ce film. Les personnages dévorent la vie à pleines dents.

 

Cette œuvre est autant une interprétation physique, sensuelle, quasi animale, qui nous transperce d'émotions, mais aussi puissante physiquement qu'intense psychologiquement. Quelques polémiques gravitèrent autour de ce film. Malgré ces dernières, on ne peut que louer son succès et sa qualité.

 

On peut
noter que tous les films du réalisateur, sauf La graine et le mulet, furent coécrits et montés en collaboration avec sa femme, Ghalya Lacroix. En effet, derrière chaque grand homme se cache toujours une grande femme. Cette dernière, influence beaucoup le travail de son mari en lui apportant toute son expérience et son regard de femme.

 

 

Pour conclure, on peut affirmer dorénavant qu'Abdellatif Kechiche est l'une des étoiles montantes des réalisateurs français. Cet homme engagé, réussit à nous surprendre toujours autant. Il met à nu les hommes et les femmes qui nous entourent, entre dans leur vie quelconque, mais les sublime par toute l'intensité de leur parcours, parfois chaotique, banal ou hors du commun. On attend avec impatience son prochain film.

 

Quelle création ou quelle adaptation va-t-il nous proposer ? Nous avons bien quelques idées mais elles restent pour la plupart encore très floues. Quel sujet va être disséqué sous nos yeux ? Quel artiste va-t-il mettre en valeur et faire dévoiler au grand public.

 

Pour aller plus loin :